Comment calmer son anxiété

L’inquiétude est une réaction utile de notre cerveau. Elle nous permet de nous mettre en vigilance face à un danger potentiel. Cette attitude permet de trouver des solutions face aux dangers en les anticipant.

Mais quand l’inquiétude devient chronique, répétitive, qu’elle tourne “en boucle” et nous enferme, il est temps de réagir.

1) Le premier pas est de prendre conscience de ses émotions et de détecter les premières bouffées d’anxiété dès qu’elles surviennent.

2) Alors, on pratique un exercice de relaxation. Différentes techniques existent : EFT (je désamorce l’émotion en tapotant des méridiens énergétiques), Sophrologie, Ho’oponopono (Rituel de pardon hawaïen)…

3) L’étape suivante consiste à adopter une attitude critique face à la pensée anxiogène : à la ramener à du concret, à la mesurer. A combien j’évalue le risque que cette chose se produise entre 1 et 10 ? Est-ce que je peux faire quelque chose pour l’empêcher ? Puis-je envisager d’autres points de vue ? Par quelle autre pensée plus positive puis-je remplacer la pensée anxiogène ?

4) Revenir à soi, et constater que le niveau de l’anxiété a baissé ou disparu, et prendre conscience qu’on est capable de gérer cette émotion qui n’a fait que passer.

Dans tout le processus, aucune culpabilité : on gère au mieux les messages de notre cerveau, on apporte une réponse adaptée et on se sent mieux. C’est le début de l’intelligence émotionnelle : je vous en parlerai bientôt.

S’il vous est difficile au début de prendre de la distance par rapport à vos pensées anxiogènes, faites-vous aider par un coach, formé à ces techniques.

(D’après Daniel Goleman, L’intelligence émotionnelle)

Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.
Noémie GASSER