Fonctionnaire, faut-il choisir entre sécurité et reconversion ?

Etre fonctionnaire et vouloir se reconvertir

C’est un tableau que je recontre très souvent chez les enseignantes que j’accompagne :

– Mes parents m’ont poussée à devenir fonctionnaire

– Quand j’ai vu que ça ne me convenait pas, ils m’ont incitée (très fortement) à continuer

–  Aujourd’hui, ça me détruit à petit feu de continuer ce métier

– Je voudrais me reconvertir

MAIS

Je ne vais pas partir, lâcher la sécurité, si je n’ai pas quelque chose d’autre , une perspective d’emploi assurée, et si possible au même salaire.

MAIS

Partir en cours d’année scolaire, impossible. Sauf que les offres d’emploi ne suivent généralement pas le calendrier scolaire.

ET DE TOUTE FAçON

Je ne sais rien faire d’autre.

J’aimerais… devenir orthophoniste, psychologue, enseigner à de petits groupes, accompagner, devenir sophrologue, thérapeute, bibliothécaire

MAIS

J’ai besoin d’un salaire. Et je ne peux pas reprendre des études sans avoir de salaire.

Ah si  je trouvais autre chose, n’importe quoi.

MAIS

Il faut quand même que ça me plaise.

MAIS

MAIS

MAIS

 

On peut tourner en rond comme ça longtemps entre besoin de sécurité et envie de reconversion

Parce que passer à l’action, c’est toujours plus difficile. Mais alors passer à l’action pour quitter une sécurité de l’emploi “à vie”, et aller vers plus d’incertitude, moins de revenus, et le risque de regretter, c’est encore plus difficile.

Une cliente m’a dit : “Si je n’étais pas fonctionnaire, ça fait longtemps que je serais partie”

Alors on cherche encore quelque chose d’autre à faire, tout en restant fonctionnaire tant qu’on n’a pas trouvé. Et on refait un tour.

J’ai tourné comme ça pendant près de 10 ans. Alors je connais 😅.

Et puis j’ai sauté le pas 😱.

Ce cercle, c’est le cercle de la peur

Cette peur, demandez-vous d’abord à qui elle appartient…

Pourtant, de l’autre côté du grand saut, il n’y a pas le vide, contrairement à ce qu’on imagine quand on est “dedans”.

Il y a l’inscription à Pôle Emploi. Il y a des formations financées pour des métiers en tension. Il y a la possibilité de faire des périodes d’immersion en milieu professionnel pour découvrir d’autres métiers. Il y a la possibilité de répondre aux offres d’emploi n’importe quand. Il peut même y avoir l’allocation de retour à l’emploi, si après une démission et  4 (bientôt 6) mois de recherche, on n’a pas encore trouvé. J’ai même récemment vu que je pouvais transformer mes heures CPF “public” en crédit en euros, et les utiliser comme bon me semble 🥳

C’est sûr que de l’autre côté, il n’y a pas la même sécurité. Il y a de l’incertitude, des opportunités, des risques, des possibilités qui vont conduire, peut-être par étapes, à construire autre chose. Et puis de l’autre côté, ce n’est plus le rêve, c’est la réalité.

Une reconversion, c’est la traversée d’un océan

Dans ce voyage, pour changer de continent, on ne peut pas avoir en même temps un pied sur la terre dont on part, et un pied sur la terre où on veut arriver. Il est nécessaire d’abord de quitter la terre, de voyager en haute mer et de prendre peut-être des risques, de savoir orienter son navire, de mettre le cap avec détermination sur l’autre continent. Alors seulement on verra une autre terre se dessiner derrière un banc de brume. Et quand on abordera, ça ne ressemblera peut-être pas à ce qu’on avait prévu. Mais on n’aura pas d’autre choix à ce moment-là que d’aller de l’avant. De trouver en soi des ressources qui étaient présentes, mais qu’on ne connaissait pas. Et de s’adapter.

Alors pour gagner du temps dans le fameux cercle que je vous ai décrit, posez-vous ces questions :

– Est-ce que je suis prêt.e à accepter une certaine incertitude, certains risques, peut-être même à perdre certaines choses, pour vraiment changer de métier ?

– Si oui, quelles sont les ressources sur lesquelles je pourrai compter quoi qu’il arrive ?

– Si non, quelles sont les possibilités à l’intérieur des différentes fonctions publiques ?

Vous voulez sortir du cercle de la peur ?

Parlons-en ensemble.

Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.
Noémie GASSER

Share This

Partager

Partager cet article avec vos amis !